François-Michel Lambert
Désinfox disparait, la liberté d'opinion est préservée

Communique de presse de François-Michel LAMBERT, député LEF, groupe Libertés et Territoires - Le 5 mai 2020.

Le gouvernement, par le biais de sa porte-parole Sibeth Ndiaye, a mis en place fin avril une nouvelle rubrique sur le site officiel « gouvernement.fr  » qui répertorie des liens vers des articles "de médias français luttant, dans le cadre de la crise sanitaire, contre la désinformation". Nommé «  Desinfox Coronavirus » il a pour vocation de publier des articles de presse réputés fiables quand aux informations sur la crise du Coronavirus. Ce choix de définir la « bonne info » de la « fake news » par un gouvernement a été très fortement critiqué, par toutes les rédactions de presse et le Syndicat national des journalistes (SNJ) a déposé lundi un recours devant le Conseil d'Etat pour que le gouvernement supprime de son site cette page "Desinfox Coronavirus ». Dans son référé-liberté (recours en urgence), le SNJ demande au juge d'enjoindre le Premier ministre à  supprimer cette page "afin de faire cesser immédiatement l’atteinte grave et manifestement illégale portée aux principes de pluralisme dans l’expression des opinions et de neutralité des autorités publiques".
 
Aujourd’hui, à une question posée dans l’hémicycle par Frédérique Dumas au nom du Groupe Libertés et Territoires auquel appartient le député François-Michel Lambert, le ministre de la culture a annoncé le retrait immédiat de cette page « Désinfox Coronavirus » du site officiel du gouvernement.
 
« Je me satisfait de cette décision de retrait. Cependant je constate que ce gouvernement et cette majorité empiètent chaque jour sur les fondements même de notre garantie de liberté, à commencer par celle de penser » déclare le député (LEF) François-Michel Lambert, membre à l’Assemblée nationale du groupe Libertés et Territoires.
« Il y a une semaine je votais contre la confiance au gouvernement dans le cadre du plan de déconfinement. Non pas que je m’oppose techniquement à une initiative ou une autre, mais parce que ce gouvernement détruit l’essence même de la démocratie, le débat contradictoire, seul moyen d’unir les Français en cette période de crise majeure. Cette volonté de la majorité de conduire « sa vérité » en est la démonstration. Les Français, leurs représentants élus locaux et nationaux, les responsables d’associations, les chefs d’entreprises, tous, citoyens sont prêts à participer à l’action, du moment qu’on les associe. J’appelle en urgence le gouvernement à revoir sa méthode, pour une sortie collective de la crise et la relance positive et écologique de notre pays et de l’Europe » conclut François-Michel Lambert.
 
La déclaration universelle des droits de l’homme, dispose, à l’article 19 : Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. 
Et à l'article 30 : Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un État (……) un droit quelconque de se livrer à une activité ou d'accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés.




© 2018