François-Michel Lambert
François-Michel LAMBERT interpelle le gouvernement pour une politique écologique plus solidaire
François-Michel LAMBERT interpelle le gouvernement pour une politique écologique plus solidaire
François-Michel LAMBERT a posé une Question d'Actualité au Gouvernement (QAG) portant sur l'indispensable équilibre entre fiscalité écologique et accompagnement des plus modestes.
Cette QAG est inspirée de la tribune publiée par 23 associations t qui appelle tout à la fois les politiques à prendre leurs responsabilités face à l'urgence, et dans le même temps à mettre en œuvre les moyens d'accompagnement des plus impactés par les mesures.


Texte de la QAG de François-Michel LAMBERT

Monsieur le Premier Ministre,
 
Alors que se profile la manifestation des gilets jaunes le 17 novembre, il n’y a pas un jour sans que les prises de paroles politiques exacerbent les tensions autour de la hausse des carburants et stigmatisent la fiscalité écologique. Dans une tribune parue le 12 novembre le Réseau Action Climat et 22 associations dénoncent ces attitudes irresponsables et rappellent l’urgence à agir.
 
La fiscalité écologique est un outil concret pour agir en ce sens. Ne l’oublions pas !
 
Si nous pouvons comprendre le désarroi des français modestes qui vivent mal l’augmentation du prix du carburant, nous ne comprenons pas que le gouvernement n’ait pas anticipé par des mesures en regard de l’effort demandé aux français, aux petites entreprises.
 
Je salue les annonces prises ce matin, et je note qu’il y a une semaine encore on nous disait que ce serait démagogique d’en demander plus, notamment notre proposition de prêt à Taux à Prêt Zéro pour l’acquisition de voiture économe pour les ménages modestes.
 
Tous les voyants sont au rouge et nous tergiversons encore sur la sortie de notre addiction au pétrole, des choix doivent être faits.
 
Il s’agit bien de nouer un pacte social entre les politiques et les français sur cette transition écologique qui ne doit oublier personne. Ceci ne peut se faire par des mesures d’urgence mises bout à bout.
 
Le groupe Libertés et Territoires est très clair : d’ici 2022 ce sont 15 milliards d’euros de recettes fiscales sur les énergies fossiles qui sont attendues, ces 15 milliards doivent servir à accompagner les ménages et les entreprises dans le changement de leurs modes de consommation et de production.
 
Il s’agit bien d’un projet du quinquennat et au-delà. Il doit devenir le fondement même de votre politique.
 
Car si l’action volontariste du Ministre de la Transition Écologique et Solidaire est entravée par les choix budgétaires de Bercy, nous n’y arriverons pas !
 
Monsieur le Premier Ministre, comment allez-vous placer au cœur de l’action gouvernementale la Transition Écologique, pour que ce soit chacun des ministères qui intègre cette urgence dans son champ d’action afin de transformer notre modèle addictif au pétrole et aux ressources, en un modèle de développement soutenable ?
 




© 2018