François-Michel Lambert
Le gouvernement doit négocier !
COMMUNIQUE DE PRESSE de François Michel Lambert.
Député des Bouches du Rhône, LREM, porte-parole de l’UDE.

Le 21 mai 2018, à mon initiative, 13 députés LREM ont interpellé Patrick Pouyanné PDG du groupe TOTAL pour lui demander de renoncer aux 300000 tonnes d'huile de palme importées pour la bio raffinerie de la Mède.

Importer de l'huile de palme pour produire du bio carburant est un non-sens, autant pour nos producteurs locaux d'huile végétale (le colza de nos agriculteurs) que pour la protection de notre environnement (déforestation, réchauffement climatique, atteinte à la biodiversité).

Le PDG de Total a répondu en indiquant que tout était négocié et rentrait dans un cahier de charges « développement durable » !
Aujourd'hui les agriculteurs défendent leur outil de travail et s'estiment victimes d'une concurrence déloyale vis à vis de leur production locale.
Tous les écologistes rappellent les enjeux planétaires et les ravages de l’huile de palme en demandant à TOTAL d’être exemplaire.
Face à cette double mobilisation, le gouvernement ne peut répondre « circulez, il n’y a rien à négocier ». Il doit au contraire ouvrir les négociations.

C’est l’occasion de mettre en place une filière efficace de recyclage des huiles alimentaires usagées dans une logique d’économie circulaire. Pour information, seuls 5 % des 66 millions de litres d’huiles alimentaires consommées chaque année sont recyclés. Les 95% restants sont jetés engendrant des pollutions. La valorisation de ses ressources représente pourtant de multiples emplois et protège notre environnement.

François-Michel Lambert
Député des Bouches du Rhône





© 2018